Élections TPE : la dernière ligne droite

Publié le 23/03/2021

Deux fois reportées, les élections professionnelles dans les très petites entreprises (moins de 11 salariés) se tiendront finalement du 22 mars au 6 avril 2021. En Île-de-France, où près d’un million d’électrices et d’électeurs sont appelés à choisir leurs représentants syndicaux, la CFDT a mené campagne pour sensibiliser les salariés à l’intérêt d’aller voter et faire connaître ses revendications et les services créés pour eux. Si la campagne s’est en partie faite à distance (par téléphone & mail notamment), une trentaine d’actions de proximité ont pu être organisées dans la région.

Action TPE du Syndicat interdépartemental du commerce CFDT (S.I.CO) à Châtelet le 16 février 2021

Opération « Orange » sur la ligne de métro 5, permanences « Réponses à emporter », quiz sur Internet, rencontres aux abords des centres de formation d’apprentis ou du marché de Rungis, boutique « Sh’op Up » à Paris… La crise n’aura pas empêché la CFDT Île-de-France de s’engager pleinement dans la campagne pour appeler les salariés de Très petites entreprises (TPE) à voter. Il faut dire qu’avec un taux de participation de 5,47 % dans la région (soit 52 942 votants), les dernières élections professionnelles, en 2017, n’ont pas été – et c’est un euphémisme – un franc succès. Consigne était donc donnée de se retrousser les manches et d’aller au contact de ces salariés, souvent isolés !

Dix métiers ciblés

Dix secteurs d’activité, comptant une forte proportion de salariés de petites entreprises, ont d’abord été ciblés : l’hôtellerie-café-restauration, la coiffure, la boulangerie-pâtisserie, le bâtiment, les travaux publics, les services automobiles (garages et auto-écoles), les activités comptables, les secrétaires des cabinets médicaux, le commerce de détail de fruits-légumes et produits laitiers et les salarié.es du particulier employeur et les assistantes maternelles. « Pour aller à la rencontre de ces salariés dans les Yvelines, l’Essonne et le Val-de- Marne, nous nous sommes munis de tracts axés sur les métiers et présentant nos revendications », souligne Patrick Labboz, secrétaire général de l’Union territoriale interprofessionnelle (UTI) CFDT Sud francilien.

Aux côtés des UTI, les syndicats se sont aussi démenés pour faire porter la voix de la CFDT. C’est ainsi que la Coordination régionale des syndicats des services d’Île-de-France – la Corssif CFDT – a mis sur pied un guichet unique à destination des assistantes maternelles et salarié.es du particulier employeur, mais aussi organisé, pour les équipes du champ des services, une file d’attente virtuelle et une gestion en ligne des rendez-vous pour les permanences. À l’approche des élections et à partir des contacts recueillis depuis quatre ans, la CFDT a par ailleurs intensifié sa campagne de « phoning » et de mails pour appeler à voter et si possible, voter CFDT !


Des revendications à faire connaître

Pour chaque métier, la CFDT a produit un cahier revendicatif, consultable sur le site Internet confédéral. Prenons deux exemples : vous travaillez dans une petite boîte du BTP et, parfois, le chantier est loin ? La CFDT demande qu’à partir d’une heure de transports, vous puissiez être hébergé.e sur place. Vous êtes salarié.e d’une TPE dans l’hôtellerierestauration ? La CFDT réclame un 13e mois, des compensations financières ou du temps de repos, pour le travail du dimanche et de nuit. Plus globalement, la CFDT agit au quotidien pour de nouveaux droits en entreprise (rémunérations, conditions de travail, formation...) et hors entreprise (logement, santé, retraite…). Pour les salariés TPE, la CFDT a obtenu ces de nières années la généralisation de la complémentaire santé payée à 50 % par l’employeur, la création du Compte personnel de formation (CPF) ou encore l’instauration de droits rechargeables à l’assurance-chômage.


Un bouquet de services aux adhérents

Côté services, un bouquet d’activités sociales et culturelles est proposé aux adhérents CFDT d’entreprises de moins de 11 salariés. Depuis 2015, la CFDT a aussi mis à disposition de tous ses adhérents le service d’appel téléphonique « Réponses à la carte », un accompagnement sur mesure et disponible six jours sur sept pour faire face à un problème d’ordre professionnel ou privé. Le soutien juridique, l’aide à la négociation ou encore le conseil en évolution professionnelle sont les autres cordes de l’arc CFDT. Des services spécifiques à certains métiers existent aussi. À l’instar de l’assurance responsabilité civile, offerte aux assistantes maternelles CFDT (grâce à un partenariat avec la Macif).

Un enjeu de taille

Pour la CFDT, l’enjeu de ces élections est d’abord d’arriver à mobiliser les électeurs. « Pour nous, petite entreprise ne doit pas rimer avec petits droits, rappelle Cyril Besombes, chargé de mission sur la campagne. Nous nous engageons donc d’abord pour montrer l’intérêt de voter à ces élections. On insiste aussi sur le fait que rejoindre la CFDT, c’est rejoindre un réseau de plus de 600 000 adhérents, présents dans tous les secteurs professionnels. C’est aussi une façon de s’engager concrètement, au plus près des réalités des salariés, pour obtenir de nouveaux droits ».

CPRI CFDT 

TPE-distribution gare RER Melun 5mars21

Distribution le 5 mars à la gare RER de Melun

 

Vous êtes salarié de TPE et avez des questions ? Contactez-nous ! contact@iledefrance.cfdt.fr.