"Le travail ne protège pas forcément de la pauvreté"

Publié le 13/02/2009 (mis à jour le 05/05/2010)
Fin 2007, 165 000 foyers franciliens ayant bénéficé toute l'année d'une ou plusieurs prestations versées par les CAF vivent sous le seuil de bas revenus...
"Le travail ne protège pas forcément de la pauvreté"
"Le travail ne protège pas forcément de la pauvreté"
Fin 2007, 165 000 foyers franciliens ayant bénéficé toute l'année d'une ou plusieurs prestations versées par les CAF vivent sous le seuil de bas revenus...

Fin 2007, 165 000 foyers franciliens ayant bénéficé toute l'année d'une ou plusieurs prestations versées par les CAF vivent sous le seuil de bas revenus : après perception des prestations sociales et avant impôt, leur revenu par unité de consommation est inférieur à 871 euros par mois. Ces foyers représentent 537 000 personnes, dont la moitié sont des enfants de moins de 20 ans.

Or, en moyenne francilienne, dans 42% des cas, au moins l'un des adultes allocataires est un travailleur au travail ou au chômage. Dans les deux tiers des cas, les adultes travailleurs ont même occupé un emploi toute l'année.

Cette étude donne des résultats différenciés par pour chaque département francilien, la Seine-et-Marne étant le département où le pourcentage de foyers de travailleurs allocaraires à bas revenus est le plus important, suivi des Yvelines, du Val-d'Oise, l'Essonne,  et des Hauts-de-Seine.

Lexique : le premier adulte représente 1 Unité de Consommation ; toute autre personne supplémentaire agée de 14 ans et plus représente 0,5 UC ; de moins de 14 ans représente 0,3 UC ; les familles monoparentales se voient attribuer 0,2 UC supplémentaire

Document de l'INSEE Ile-de-France