Ceser : une ambition pour la prochaine mandature

Publié le 26/10/2017 à 17H21
Le Conseil économique, social et environnemental régional va connaître un renouvellement de ses instances dans les prochaines semaines. L’Union régionale Île-de-France souhaite amplifier son action au sein de cette assemblée dans la mandature qui va s’ouvrir. Solidaires en présente les enjeux pour le syndicalisme CFDT francilien.

Créés en 1972, les conseils économiques et sociaux sont devenus en 2010 les Conseils économiques sociaux et environnementaux régionaux (Ceser). Le rôle de ces assemblées de la société civile : émettre des avis sur la base de rapports établis par les commissions thématiques couvrant les compétences du conseil régional (emploi, développement économique, transport, aménagement du territoire…).

Obligatoirement consultés par le conseil régional avant toute prise de décision sur le budget de la Région, les schémas directeurs régionaux, les documents de planification, les orientations générales, les Ceser peuvent aussi, de leur propre initiative – par autosaisine – s’exprimer sur les sujets qu’ils choisissent, pour éclairer les actions du conseil régional. Ainsi par exemple, le Ceser Île-de-France s’est positionné sur l’opportunité de l’organisation à Paris des Jeux olympiques de 2024, a alerté le conseil régional sur les risques de nouvelles inégalités après la réforme territoriale, a analysé les nouveaux modes de financement de l’apprentissage et ses impacts pour notre région... La loi NOtre (Nouvelle organisation territoriale de la République) de 2015 a récemment renforcé le rôle des Ceser en leur confiant une mission d’évaluation des politiques publiques régionales.

Représentation de la société civile
Assemblée consultative, le Ceser est composé, en nombre égal, de représentants de trois collèges : les entreprises, les organisations syndicales de salariés et les associations. Un collège de cinq personnalités qualifiées nommées par le Préfet complète l’assemblée. Le nombre de conseillers, actuellement fixé à 128, va passer à 190 lors du renouvellement, pour tenir compte de la taille de l’Île-de-France par rapport aux autres régions (61 conseillers pour chacun des trois premiers collèges et sept personnalités qualifiées pour le 4e collège).

La délégation CFDT : des compétences au service de l’intérêt collectif
Composée actuellement de dix conseillers (et davantage lors du renouvellement), la délégation CFDT est paritaire depuis de nombreuses années. Marie Leprêtre, également vice-présidente du Ceser, en est la cheffe de file. Les représentants CFDT sont des femmes et des hommes issus de champs professionnels variés, du secteur public comme du privé. Ils sont investis dans les commissions dans lesquelles ils siègent. Par leurs interventions en séances publiques, ils portent les valeurs de solidarité, d’équité et de justice sociale de la CFDT et s’opposent, lorsqu’ils l’estiment nécessaire, à des orientations régionales qu’ils jugent contraires aux positions de la CFDT. Ils l’ont récemment fait concernant la politique de financement du logement social, ou encore après la suppression du pass contraception.

Parmi les avis et rapports présentés par nos mandatés, citons le rapport relatif à la révision du plan de déplacements urbains d'Île-de-France, au Schéma régional du logement étudiant, celui sur le contrat de plan État-Région ou encore celui présenté en septembre dernier sur l’évaluation de la pertinence du dispositif des bassins d’emplois décidé par le conseil régional. Autre exemple où l’on reconnaît la marque CFDT : le rapport présenté en 2015 sur l’accès des Franciliennes et des Franciliens à l’offre culturelle qui a d’ailleurs influencé la politique culturelle régionale avec la création d’un pass culture (voir Solidaires de juin 2016). Les mandatés rendent aussi compte régulièrement de leur mandat comme ce fut le cas le 12 octobre dernier lors d’une rencontre avec Philippe Lengrand, secrétaire général de l’Union régionale.

Un projet pour le CESER
Même si les travaux du Ceser Île-de-France sont reconnus par les institutions – la Chambre régionale des comptes a même estimé que « le Ceser remplissait pleinement son rôle auprès du conseil régional » – ceux-ci sont encore trop méconnus du grand public. Lors de son congrès de septembre dernier, l’Union régionale a clairement affirmé son souhait de voir le rôle et la visibilité du Ceser renforcés et a marqué sa volonté de le voir poursuivre son évolution en donnant toute sa place à l’expression de la société civile. Elle souhaite également que les travaux du Ceser irriguent l’action syndicale dans les territoires, les entreprises et administrations, en les faisant mieux connaître, en favorisant notamment les rencontres entre la délégation CFDT et les équipes syndicales franciliennes.

Forte de son implication constante et reconnue au sein du Ceser Île-de-France mais aussi de sa représentativité, la CFDT est prête à prendre de nouvelles responsabilités à l’occasion du prochain renouvellement de la présidence du Ceser.
ceser-encadre