Travailler le dimanche avec de vrais droits : la CFDT Ile-de-France s'engage

Publié le 16/05/2008 (mis à jour le 26/08/2008)
La CFDT Ile-de-France et le Syndicat commerce d'Ile-de-France ont fait le choix de la négociation sur le travail du dimanche dans le Val d'Oise pour améliorer la situation des salariés.
Travailler le dimanche avec de vrais droits : la CFDT Ile-de-France s'engage
Travailler le dimanche avec de vrais droits : la CFDT Ile-de-France s'engage
La CFDT Ile-de-France et le Syndicat commerce d'Ile-de-France ont fait le choix de la négociation sur le travail du dimanche dans le Val d'Oise pour améliorer la situation des salariés.
Depuis de longs mois, l'ouverture des magasins le dimanche est sur le devant de la scène sociale Val d'Oisienne. L'accord signé le 25 juin par la CFDT, avec le patronat de la branche du bricolage et le Medef du Val-d’Oise, permet aux salariés des magasins de bricolage du Val d'Oise de travailler le dimanche dans un cadre légal, sécurisé et avec des garanties.
 
100% de majoration
 
Première garantie, les salariés qui travailleront le dimanche le feront sur la base d'un volontariat très encadré par des garanties contractuelles.
Ces salariés verront leur rémunération majorée de 100% pour toutes les heures effectuées, hors de toute autre majoration contractuelle ou conventionnelle et des majorations pour heures supplémentaires.
 
Temps partiel subi
 
 
Cet accord comprend également des engagements des enseignes du bricolage à lutter contre le temps partiel subi et la précarité. Il prévoit que l'ensemble des contrats de travail des salariés travaillant le dimanche soient des contrats à durée indéterminée et que les salariés à temps partiel subi qui en feront la demande soient prioritaires pour accéder à des contrats à temps complet et/ou pour effectuer des heures complémentaires. Au total, un accord qui crée des droits pour les salariés de toutes les entreprises du secteur professionnel sur le département du Val d'Oise, fait rentrer dans la légalité les ouvertures du dimanche et donne de la crédibilité au syndicalisme de proposition vis-à-vis des salariés, pour qui les actions judiciaires de FO étaient ressenties comme allant contre leur intérêt. La cohérence et la complémentarité des structures CFDT, le Syndicat interdépartemental du commerce d'Ile-de-France en lien avec sa Fédération, l'Union départementale du Val d'Oise et l'Union régionale, ont permis que les revendications de la CFDT soient reprises dans cet accord.
 
Un accord qui confirme que la CFDT, c'est faire, dans le respect des salariés, en phase avec les réalités et les évolutions franciliennes.
 
Résumé des positions de la CFDT (argumentaire adressé à la presse).
Tract CFDT de présentation de l'accord (Tract)
 
 
Dernière minute :
Les Unions départementales CFTC, CGT et FO ont dénoncé l'accord du 25 juin. La CFDT a donc signé deux nouveaux accords : le premier reprenant textuellement les dispositions de l'accord du 25 juin, le second axé sur le rôle du préfet dans l'obligation d'un jour de fermeture. Une nouvelle fois les mêmes unions départementales ont dénoncé les accords. Ce faisant elles montrent leur incapacité à prendre clairement position sur le sujet ou préfèrent se limiter à l'action juridique, plutôt que de permettre la sécurisation et l'amélioration des conditions de travail et de rémunération des salariés.