[Portrait] Serge, coeur d'animateur !

Publié le 21/07/2016

Il a connu les grandes heures de l’aventure Canal+. Une entreprise qu’il a vu grandir et au sein de laquelle il a exercé la plupart des mandats syndicaux. Avant de découvrir l’animation à l’IREFE, l’institut de formation de la CFDT Île-de-France. Itinéraire d’un homme épris de rencontres et abhorrant l’entre soi.

Un large sourire sur le visage. Encore quelques tracts à distribuer dans le sac. C’est après l’une de ses tournées régulières au sein des différents établissements du groupe Canal+, à Issy-les-Moulineaux, que Serge nous accueille. En marge de ses élections professionnelles.

Le contraste avec IBM, où l’ambiance était stricte et l’organisation cloisonnée, était saisissant
La "maison" Canal+, le natif de Paris la connaît depuis bientôt 30 ans. À la suite de ses études d’électronique puis d’informatique industrielle, Serge trouve un boulot chez IBM. Avant de se voir proposer, à 23 ans, un emploi à Canal+. Nous sommes alors en 1987 et la jeune chaîne cryptée n’a que trois ans. « Le contraste avec IBM, où l’ambiance était stricte et l’organisation cloisonnée, était saisissant, se remémore-t-il. À Canal, qui comptait à peine 500 salariés, c’était un peu la cour de récréation. Tout le monde mettait la main à la pâte, on s’entraidait », raconte-t-il, enthousiaste. Au cours de sa carrière, il y occupera différents postes : technicien vidéo, opérateur magnétoscope de régie finale, chef d’antenne et enfin technicien de liaison.

Oeuvres sociales
C’est peu après son arrivée, lors d’élections professionnelles en 1988, qu’il va mettre un premier pied dans le syndicalisme. « Un collègue avec qui je m’entendais bien, militant CFDT, m’a proposé d’être son suppléant au comité d’entreprise (CE), resitue-t-il, avant de poursuivre, l’oeil malicieux. Il a réussi à me convaincre assez facilement. D’autant que c’était une période de forte croissance pour l’entreprise et les négos avec la direction étaient donc faciles ». Ayant peu d’appétence pour les questions économiques, Serge s’intéresse alors aux oeuvres sociales du CE. Notamment au sein des commissions enfance et logement. « Dès le départ, ça m’avait plu. Je gérais l’arbre de Noël, les sorties avec les enfants le mercredi, les colonies de vacances... ». Il passe ainsi, entre son activité de technicien et le CE, « dix années miraculeuses ».

Défense des salariés
Une période qui s’achève avec le rachat de Canal+ par Vivendi, soldé par le licenciement de 500 salariés. Peu après, Serge est lui-même menacé de licenciement pour un désaccord avec un chef de service. C’est là qu’il se rend compte de la force du réseau CFDT. « Depuis le montage du dossier juridique jusqu’au choix de l’avocat, tout a été pris en charge par la CFDT ! » Après avoir été réintégré, Serge décide de s’impliquer davantage dans la défense des salariés, facette du syndicalisme qu’il n’a pas encore exploré. Mais pour cela, il doit se former…

J’aime les rencontres que l’on peut faire en formation syndicale interprofessionnelle. Dernièrement, j’ai pu rencontrer un boucher de chez Carrefour, des salariés en charge de personnes handicapées, des jardiniers…
Animation à l’IREFE
C’est ainsi que Serge découvre l’IREFE. Et suit toutes les formations en lien avec les mandats qu’il prend dans l’entreprise : DP, DS, CE, CHSCT… En 1999, alors que lui et son collègue sont en formation avec un groupe d’adhérents qu’ils ont emmené, ils sont pris d’une subite envie d’animer ! Une envie qui se transformera au fil du temps en véritable passion. Serge utilise aujourd’hui l’ensemble de ses droits à formation syndicale, soit 18 jours par an, pour animerSergeTrabuc CanalPlus une multitude de formations : Découverte de la CFDT, délégué syndical, CE, CHSCT… « Ma préférée ? C’est celle à destination des délégués du personnel. Les stagiaires sont le plus souvent nouveaux dans l’organisation et ils ont vraiment envie d’apprendre pour bien remplir leur mission », explique-t-il. Et s’il a eu au départ un peu peur de « se faire coller » par les stagiaires, l’homme est aujourd’hui beaucoup plus à l’aise dans son rôle, fort des compétences acquises en formation ou dans l’exercice de ses mandats. « L’IREFE est un formidable moyen pour t’ouvrir aux réalités d’autres champs professionnels, souligne-t-il, avant de développer. J’aime les rencontres que l’on peut faire en formation syndicale interprofessionnelle. Dernièrement, j’ai pu rencontrer un boucher de chez Carrefour, des salariés en charge de personnes handicapées, des jardiniers… Et puis, ce n’est pas à sens unique : on partage aussi beaucoup d’idées et de pratiques qu’on peut ensuite tester dans son entreprise ». Évidemment, avec un animateur aussi enthousiaste, la formation est désormais obligatoire pour les militants et élus CFDT de Canal+ !

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS