Grand Paris : un territoire, des débats

Publié le 24/07/2015

La CFDT Ile-de-France a organisé, en avril, un tour de table sur le Grand Paris avec des responsables franciliens de syndicats et d’unions départementales. Objectif de la rencontre : définir une stratégie - en prise avec la réalité - sur des sujets comme l’emploi, la formation professionnelle ou encore la qualité de vie.

Autant dire, des sujets transversaux qui impactent tous les secteurs : de l’Education nationale aux transports, en passant bien sûr par les collectivités territoriales, la construction ou encore les finances et la culture.  « Il s’agit de faire le point sur les chantiers en cours et d’échanger sur les actions déjà menées ou sur les pistes à creuser au niveau interprofessionnel, introduit Marinette Soler, secrétaire générale adjointe de la CFDT Ile-de-France.

Christophe Clayette, délégué régional en charge de l’emploi, embraye alors sur la question des Contrats de développement territoriaux (CDT), déclinaisons locales des objectifs de mise en œuvre du Grand Paris en matière d’urbanisme, de transports et d’équipements. « C’est toute l’ambition des CDT que d’articuler le développement des territoires avec les filières professionnelles », explique-t-il. Il présente alors les projets de différents CDT (« Grand Roissy », « Val de France » etc.), en précisant les perspectives d’emploi et les besoins en formations, secteur par secteur.

Les enjeux de la réforme territoriale
Des problématiques et revendications concrètes émergent aussi. On discute de la controversée ligne de transports CDG Express (qui doit relier la Gare de l’Est à l’aéroport de Roissy) ou encore de l’ambitieux objectif de 70 000 constructions de logement neuf par an.

En toile de fond de la rencontre, l’épineuse question de la réforme territoriale – et de l’avenir des collectivités locales  avec l’avènement de la MGP – revient également. Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale en charge de l’action publique, insiste ainsi sur l’importance de  « donner plus de lisibilité au mille-feuille territorial » et de « construire un développement économique et social de qualité » ; tandis que Marie Leprêtre, secrétaire générale de l’union départementale de l’Essonne et chef de file de la délégation CFDT au Conseil économique, social, environnemental régional (CESER), met en garde contre une Ile-de-France à deux vitesses. Riches et animés, ces échanges se poursuivront au cours des prochains mois avec de nouvelles rencontres prévues.