Élections TPE : tous en campagne !

Publié le 29/11/2016 (mis à jour le 29/11/2016)

La campagne électorale pour les élections dans les entreprises de moins de onze salariés bat son plein en Île-de-France. Ces élections auront lieu par correspondance ou Internet du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017. Zoom sur les actions de proximité menées en Île-de-France et sur des candidats qui s’engagent dans notre région.

La réalité des entreprises de un à dix salariés est peu connue, tant elle est diverse. Ils seraient 4,7 millions en France, 1,2 million en Île-de- France (près du quart des salariés franciliens). Ils travaillent dans des secteurs aussi divers que le commerce alimentaire, les hôtels, cafés et restaurants, le bâtiment, la fabrication, ou encore les services (coiffeurs, fleuristes…). Au-delà de l’artisanat et du petit commerce, ces salariés sont nombreux dans les SSII, les établissements financiers, les agences de voyage, les courtiers en assurance, les cabinets et laboratoires médicaux, les pharmacies, les cabinets d’expertise comptable ou encore les services à la personne. Les jeunes de plus de 16 ans en apprentissage dans des TPE – qui sont bien sûr des salariés – prendront également part au vote. Les statuts de ces entreprises sont aussi très variés, puisqu’on trouve une part importante du secteur associatif parmi les TPE. Enfin, dernière particularité de ces élections, les assistantes maternelles (voir Solidaires n°511) sont concernées, de même que les salariés du particulier employeur, très nombreux dans notre région.

DE BONNES HABITUDES
Depuis la belle campagne CFDT des premières élections TPE de 2012, les militants ont pris l’habitude d’aller régulièrement au contact des salariés pour leur faire connaître leurs droits et l’action de la CFDT. « Ces quatre dernières années, nous avons régulièrement tracté dans les "coeurs de ville" et dans les CFA, rappelle Philippe Lengrand, secrétaire général de la CFDT Île-de-France. Cela a aussi permis de créer des habitudes pour les militants de terrain ». C’est forte de son expérience que la CFDT Île-de-France a conçu une « méthodologie des distributions coeur de ville ». Edouard Romero, délégué régional et pilote de la campagne, s’explique : « Ce n’est pas si facile d’entrer dans un magasin… Avec le temps, nous avons expérimenté différentes méthodes, repéré les bonnes actions. On sait par exemple qu’il faut éviter d’être trop nombreux, bien choisir ses horaires… ». Une méthodologie qui est résumée dans un document qui reprend également des éléments de langage utiles pour aller au contact des salariés.

DES CANDIDATS ENGAGÉS
Comme sur l’ensemble des sujets qu’elle traite, la CFDT s’appuie sur les besoins et revendications exprimés par les salariés. Elle a donc fait un choix clair, en Île-de-France comme sur l’ensemble du territoire national : ses candidats sont euxmêmes issus d'entreprises de 1 à 10 salariés, en connaissent les réalités, partagent les préoccupations et les contraintes des salariés. Le pari était difficile, mais il a été gagné et les dix candidats en Île-de-France (150 au niveau national), issus de différents champs professionnels, sont résolument engagés. Ils ont été réunis plusieurs fois, dont le 26 septembre dernier. Et ceux qui en ont la possibilité participeront à des actions de terrain sur leur temps personnel, puisqu’aucun d’entre eux ne bénéficie de temps syndical. Les réseaux de mandatés, et en particulier les conseillers du salarié (voir p.18), qui sont souvent au contact des salariés de ces petites entreprises, sont également associés à la campagne.

LA CAMPAGNE DE TERRAIN
« Plus de 230 micro-actions sont d’ores et déjà prévues sur notre région, précise Edouard Romero. 250 militants sont engagés dans des diffusions de tracts, campagnes d’information dans les coeurs de ville. Mais il faut encore intensifier le mouvement », poursuit-il. La CFDT Île-de-France articule ainsi sa campagne avec les fédérations et syndicats qui s'engagent sur le terrain et ont produit des « fiches-métiers » sur les réalités dans leur champ et les résultats obtenus par la CFDT. « Suivant les lieux où nous allons, nous distribuons la documentation produite par telle ou telle fédération », indique Edouard. Dans les lieux d’accueil de la CFDT en Île-de-France, des documents de campagne sont à la disposition des salariés. Des actions de visibilité ont également eu lieu dans des forums des associations comme à Houilles ou Orly, lors des forums de l’emploi à Villiers-le-Bel, Sénart et Paris ou sur le stand de la CFDT au salon des comités d’entreprise.

NOUVEAUX ESPACES DE CONCERTATION
Le vote de la fin de l’année permettra de désigner les représentants dans les Commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI) composées de 10 salariés et de 10 employeurs de TPE. Un droit issu de la Loi Rebsamen que revendiquait la CFDT et qu’elle a obtenu. Ces commissions seront un espace de concertation en matière d’emploi, de formation, ou encore de conditions de travail. Les conflits individuels ou collectifs pourront s’y résoudre et des propositions en matière d’activités sociales et culturelles pourront y être faites. En somme, c'est un nouvel espace pour que les salariés puissent obtenir de nouvelles garanties collectives et individuelles. L’ enjeu de ces élections, on l’aura compris, est de taille pour la CFDT pour de multiples raisons : un enjeu de démocratie, d’abord, pour qu’une frange importante du salariat puisse s’exprimer par le vote puis, au travers d'instances de dialogue social. Un enjeu de représentativité également car ces élections compteront dans le cadre de la mesure globale d’audience des organisations syndicales en 2017. Les résultats seront aussi comptabilisés pour la désignation des conseillers prud’hommes qui aura lieu en juillet 2017. La CFDT a été à l’offensive sur de nombreuses mesures qui concernent directement les salariés de ces petites entreprises, telle que la mutuelle pour tous, le compte personnel d’activité ou encore un meilleur encadrement du temps partiel. Elle doit continuer à l’être pour obtenir de nouveaux droits et améliorer les conditions de travail des salariés des TPE. Comme aime à conclure Pierre Scarfogliero, pilote de la campagne en Ile-de-France, lors de ses interventions : « Alors, chacun à notre niveau, allons convaincre les salariés des TPE de s’engager pour un syndicalisme de résultats ! »

En décembre, les salariés recevront leur matériel de vote (pour voter par correspondance) et leurs codes d’accès au site (pour voter en ligne)Retrouvez en pièce-jointe le dossier complet, agrémenté des interviews de Morganne Cantrelle (responsable de la campagne pour la CFDT Paris), Pïerre Scarfogliero (responsable de la campagne pour la CFDT Ile-de-France), Joana et Cyril (candidats CFDT en Ile-de-France).

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS