[Adhésion] La CFDT lance une expérimentation inédite pour les jeunes à La Défense

Publié le 02/03/2015 à 17H27 (mis à jour le 22/01/2016 à 17H27)
Top départ du dispositif d'adhésion des jeunes « La CFDT à mon service, J'M » dans le quartier d'affaires de La Défense. Menée conjointement par l'Union régionale, l'Union départementale 92, la Fédération des banques et assurances ainsi que la CFDT-Cadres, cette expérimentation d'une durée de deux ans vise à faciliter l'adhésion des jeunes en transition vers l'emploi, en leur proposant une pré-adhésion gratuite.

« C'est une offre découverte qui comprend un abonnement à la presse CFDT mais aussi différents services comme l'accompagnement professionnel, des conseils juridiques ou encore un accueil téléphonique et physique », résume Diego Melchior, responsable du projet pour l'Union régionale. Et Yves Montalescot, secrétaire général de l'Union départementale 92, d'ajouter : « Cette initiative, portée au départ au Congrès des cadres en 2013, s'appuie sur l'expérience innovante de syndicats d'Europe du Nord. Elle ouvre une nouvelle voie pour le syndicalisme des jeunes à la CFDT », estime-t-il.

Rencontre le 5 mars
Le dispositif s'est traduit dans les faits par le recrutement d'une personne référente, Gwendal Ropars (CFDT Cadres) ainsi que par le repérage d'écoles sur le site de La Défense. Début janvier, plusieurs sections des syndicats Énergie-Chimie, Assurances, Banques ou Betor-Pub ont par ailleurs récupéré du matériel (flyers et bulletins de pré-adhésion). L'une d'entre elles, GDF-Suez (Énergie-Chimie Île-de-France), a même rencontré plus de 1000 jeunes travailleurs, stagiaires ou apprentis. Avec à la clé, déjà plusieurs adhésions. « L'attente de ces jeunes est d'avoir accès à un réseau professionnel de cadres mais aussi de participer à nos afterworks : colloques, rencontres à thèmes, initiatives "infodroit" etc.», indique Diego Melchior. Une première rencontre avec les jeunes est ainsi prévue le 5 mars entre 18h et 20h, à l'UD des Hauts-de-Seine, lieu de ressource logistique du dispositif. « L'idée est de rassembler les jeunes dans un autre cadre que leur lieu de travail, pour aborder différents thèmes concernant l'entreprise sans qu'ils se sentent mal vus par leur employeur », explique Yves Montalescot. Une première qui devrait en appeler d'autres !