[Dossier] Quel tourisme pour l'Ile-de-France ?

Publié le 08/12/2015 à 10H53
 Véritable moteur de l’économie, générateur d’emplois et de recettes, le secteur du tourisme en Île-de-France doit répondre à une multitude de défis pour faire face à la concurrence des autres grandes métropoles. Quels sont ces enjeux pour la région ? Qu’impliquent-ils pour les salariés du secteur, en termes d’emploi, de valorisation des métiers mais aussi de formations professionnelles ? Solidaires fait le point et explore les différentes pistes défendues par la CFDT. Crédit photo : © A.Lacouchie / IAU îdF

Première destination touristique au monde, Paris et sa région ont accueilli en 2014 près de 47 millions de touristes – loin devant le grand Londres et ses 35 millions de visiteurs – et s’acheminent cette année encore vers un nouveau record de fréquentation. La recette de ce succès ? Elle tient d’abord et avant tout à un patrimoine culturel exceptionnel, qui s’étend des musées aux châteaux, en passant par les monuments, édifices religieux et autres parcs d’attractions. L’Île-de-France dispose par ailleurs d’atouts s’agissant des infrastructures puisqu’elle offre la plus importante capacité hôtelière en Europe ainsi que la plus grande surface d’exposition dédiée aux salons et manifestations professionnelles. Ainsi, on estime aujourd’hui le tourisme d’affaires à près d’un quart du tourisme francilien. Mais ces chiffres flatteurs ne doivent pas masquer une autre réalité : l’Île-de-France ne se place qu’en troisième position concernant les recettes touristiques globales (derrière Londres et Milan). Un paradoxe bien français, comme le rappelait en juin 2014 Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international en clôture des Assises du tourisme. « L’Espagne reçoit environ 30 % de touristes en moins que la France, selon les années, mais cela lui rapporte 10 % de plus de recettes car les séjours y sont plus longs », soulignait-il.

                       REPERES

- 47 millions de touristes (dont 42 % d’étrangers)
- 4 sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco : les rives de Seine, le Parc et le Château de Versailles, la Cité médiévale de Provins ou encore le château de Fontainebleau
- 120 euros dépensés en moyenne quotidiennement par visiteur
- 22 milliards d’euros de recettes
- 79 064 entreprises franciliennes exercent une activité liée au tourisme
- 500 000 Franciliens travaillent dans le tourisme, soit 9,5 % des salariés franciliens (contre 6,8 % en moyenne en France).

Source : Direccte Île-de-France

Améliorer l'accueil
Pour remédier à cela, le gouvernement a ainsi présenté un véritable plan de bataille. Avec un objectif prioritaire : l’amélioration de l’accueil des touristes. Une série de mesures concrètes a d’ores et déjà été décidée : délivrance de visas en moins de 48h pour les touristes chinois et indiens notamment, renforcement des points d’information dans les aéroports et les gares, etc. L’accent a par ailleurs été mis sur le développement des technologies numériques avec par exemple la mise en place, avant l’Euro 2016 de football, d’un « citypass » dématérialisé pour avoir accès aux transports et à certains musées. Le projet du gouvernement prévoit aussi de donner davantage d’importance à la formation des professionnels du tourisme et instaure un fonds d’investissement pour le tourisme (via la Caisse des dépôts) en même temps qu’il débloque une enveloppe supplémentaire dans le cadre du troisième programme d’investissements d’avenir. Parmi les mesures, certaines concernent aussi spécifiquement l’Île-de-France et s’ajoutent à celles impulsées par le Conseil régional, la Société du Grand Paris ou les professionnels du tourisme : construction du réseau de transports et de gares du Grand Paris Express (avec les nouvelles solutions d’hébergement liées aux Contrats de développement territorial) ; mise en place du contrat de destination « Impressionnisme »pour valoriser différents sites (Auvers-sur-Oise, chemin des impressionnistes de Chatou, village des peintres de Barbizon…) ; création d’auberges de jeunesse à bas coûts, comme l’immense « Generator » à Paris (plus de 900 lits disponibles), rénovation de la Gare du Nord et validation du projet de train express entre Roissy et Gare de l’Est etc.

Vers un Campus des métiers
Les professionnels et politiques d’Île-de-France ambitionnent aussi d’améliorer la qualité et la structuration des formations aux métiers du tourisme, afin de les rendre plus en phase avec les besoins des entreprises et plus lisibles auprès des jeunes. Car on constate aujourd’hui un éparpillement de l’offre ainsi qu’une inadéquation entre offre et demande ; le secteur formant par exemple en surnombre des cadres diplômés, tout en ayant trop peu recours à l’apprentissage. C’est de ces constats qu’est né le projet de Campus de l’économie touristique sur le territoire de Val d’Europe, juste à côté de Disneyland Paris. Un projet pertinent pour la CFDT, qui a rendu début septembre un avis au Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle (Crefop). « Concrètement, ce campus doit favoriser la mobilité des salariés en créant des passerelles entre les métiers et branches et en développant des fondamentaux communs, comme l’apprentissage de langues étrangères ou encore le savoir-faire numérique », souligne Henri Dorange, délégué régional CFDT en charge de la formation professionnelle. Il doit également viser à sécuriser les parcours professionnels des salariés de l’économie touristique, explique-t-il. Dans son avis rendu au Crefop, la CFDT Île-de-France revendique ainsi « qu’un comité stratégique de la filière régionale du tourisme soit mis en place et qu’il associe les représentants des organisations syndicales représentatives » ; ce qui n’est aujourd’hui pas le cas au sein du cluster Tourisme de Val d’Europe… Ce campus n’aura donc pas pour seule mission d’améliorer la qualité et la structuration de la formation au sein de la filière tourisme, il devra aussi se donner les moyens d’évaluer les politiques touristiques, de prospecter sur les besoins en termes d’emplois et de formations et, in fine, d’éclairer les décideurs.

Des emplois de qualité
À cet égard, la CFDT Île-de-France a rappelé aussi à de multiples reprises l’importance d’anticiper les futurs grands rendez-vous dans notre région (qui est candidate notamment pour accueillir les Jeux olympiques de 2024 et l’Exposition universelle de 2025). Que ce soit en termes de création d’emplois et de formations bien sûr, mais aussi de conditions de travail. Car les métiers du tourisme sont aujourd’hui peu valorisés, en matière de rémunération notamment, alors qu’ils impliquent – pour nombre d’entre eux – de travailler le samedi voire le dimanche ainsi qu’en soirée et la nuit (voir sur le sujet le débat actuel autour de la création des zones touristiques internationales). « Le passé a montré que, dans l’organisation de tels évènements, si la création d’emplois est au rendez- vous, les conditions de travail le sont beaucoup moins », rappelle Marie-Thérèse Bueb, membre de la délégation CFDT du Conseil économique, social et environnemental régional (CESER) qui siège à la Commission tourisme. Développer un tourisme durable, basé sur la qualité de l’accueil, mais aussi sur la qualité des emplois, au travers une montée en compétences des salariés les moins qualifiés, voilà donc les grands chantiers qui attendent l’Île-de- France de demain. Des défis d’envergure donc, mais ô combien vitaux dans un contexte de concurrence mondiale exacerbée. Où le nombre de touristes devrait doubler d’ici 2030, passant de 1 à 2 milliards.

En pièce-jointe, retrouvez l'ensemble du dossier avec les interviews de Pascal Pedrak (syndicat HTR), Djamila Ouaz (section Disneyland) et Christophe Dague (UD de Paris).

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS