Grand Paris : des débats d’avenir

Publié le 22/12/2016 à 14H14
Le 18 septembre à Créteil, trois unions départementales (Yvelines, Essonne et Val-de-Marne) organisaient ensemble une matinée d’échange autour du Grand Paris. L’occasion de faire le point sur la manière dont la CFDT Île-de-France s’engage sur ce sujet.

Pour comprendre le Grand Paris tel qu’il se construit aujourd’hui, il faut revenir sur les projets d’aménagement qui ont jalonné l’histoire de notre région. C’est l’approche que privilégie Lahouari Boubekeur, secrétaire régional, qui évoque, pour débuter cette matinée, le 1er projet de Napoléon III en 1860, la création des syndicats de communes en 1890, ou encore l’émergence des villes nouvelles à partir de 1965. Malgré des évolutions majeures en matière de besoins de déplacement et de logement, la région n’avait pas connu de grande modification depuis 1977. « L’Île-de-France était figée depuis des années, constate Jean-Jacques Perot, délégué régional. Que ce soit en matière de transport ou d’habitat, l’absence de politique suffisamment volontariste a conduit à un renforcement des inégalités sociales et territoriales. Les émeutes de 2005 ont joué un rôle d’électrochoc pour les pouvoirs publics ». Les deux grands projets d’aménagement – le Grand Paris Express pour les transports et la métropole du Grand Paris pour la gouvernance – ont vocation à corriger les inégalités, améliorer le cadre de vie des Franciliens, construire une ville durable, mais aussi à créer une nouvelle dynamique de développement économique.

Contrats de développement territorial: des leviers pour l’action
L’objectif de la rencontre était aussi de mettre en avant l’action de la CFDT Île-de-France autour des Contrats de développement territorial (CDT). « Les CDT sont des déclinaisons territoriales opérationnelles du Grand Paris qui fixent des objectifs précis en matière de développement économique, d’emploi, mais aussi de logement ou de transport, précise Lahouari Boubekeur. En mettant en place des groupes de travail avec les équipes syndicales concernées, la CFDT Île-de-France a développé une approche territoriale concrète qui vise à faire valoir nos revendications et activer des leviers de dialogue social ».

Grandes Ardoines, Paris-Saclay
Sur les Grandes Ardoines (Ivry, Vitry, Alfortville, Choisy) et sur le campus Sciences et santé de la vallée de la Bièvre (Antony, Arcueil, Bagneux, Cachan, Bourg-la-Reine, Le Kremlin-Bicêtre…), deux projets de CDT visent la requalification des espaces industriels, l’implantation de nouvelles activités (dont les biotechnologies), des réponses environnementales adaptées aux enjeux écologiques et climatiques et un cadre de vie facilitant le lien social. À la clé, un objectif de création de 35 000 emplois en 15 ans sur les Grandes Ardoines et de 30 000 sur le Campus Sciences et santé. Un groupe de travail de la CFDT a construit des revendications concernant la création d’emplois, le logement, les gares nouvelles, ou encore la restauration et les modes de garde des jeunes enfants. Des outils et tracts en direction des équipes locales et des salariés sur zone ont été réalisés pour appuyer la démarche. La CFDT Île-de-France a également développé une action pour renforcer l’ancrage territorial de l’Université Paris Saclay. Il s’agit d’y accueillir à long terme 70 000 étudiants et 20 % de la recherche française. Le réseau CFDT réfléchit à la fois à l’aménagement du territoire, en lien avec le nouvel établissement public d’aménagement, et au volet académique et scientifique : diplômes communs, intégration de
toutes les composantes dans le projet y compris les trois IUT, priorisation de la réussite en licence, suivi de l’insertion professionnelle des étudiants, etc.

Encore beaucoup de questions
« Ces débats sont très importants pour notre organisation, conclut Philippe Lengrand, secrétaire général. Car pour être en capacité d’agir sur notre territoire, encore faut-il en comprendre les évolutions ». Or les responsables présents se posent de nombreuses questions : « Que va devenir la grande couronne ? », « Quels projets sont susceptibles de réussir, quels sont ceux qui sont voués à l’échec ? », « Qui prend réellement les décisions ? ». Pour Philippe Lengrand, la transformation du panorama institutionnel de notre région, la création de la Métropole du Grand Paris et l’émergence de territoires de développement économique, nous obligent aussi à repenser la structuration interprofessionnelle de la CFDT, pour répondre aux besoins des syndicats et des équipes là où les frontières départementales vont s’estomper au profit de bassins d’activités et de vie supra-départementaux. Ces échanges seront au coeur du projet d’évolution de l’interprofessionnel francilien sur lequel Solidaires aura l’occasion de revenir.