WTF, un 1er mai sous le signe de la jeunesse

Publié le 12/05/2015 à 11H21
Pour la journée internationale du travail, plus de 2000 jeunes de moins de 36 ans - dont près de 600 Franciliens - ont participé au Working Time Festival (WTF) à Paris. Bravant la météo maussade, ils ont partagé ce 1er mai autour d’ateliers ludiques et solidaires, de débats de société et d’un vibrant concert en soirée. Témoignages de ces salariés et/ou étudiants, adhérents ou simples curieux, venus de toute la métropole mais aussi des DOM-TOM et d’Europe.

Photographie : Olivier Clément

En ce 1er mai 2015, ils sont nombreux à avoir répondu à l’appel de la CFDT pour une fête du travail placée sous le signe du renouvellement. Au programme de la journée : une table ronde sur l’Europe ; des ateliers d’information et revendicatifs ; des tremplins jeunes ou encore un grand concert en clôture. Sur les différents spots aménagés à l’Insep, centre d’entraînement des sportifs de haut niveau, situé en lisière du bois de Vincennes, on discute de formation, d’égalité hommes/femmes, de santé, de qualité de vie ou encore d’économie durable. On philosophe sur le sens du travail, découvre des métiers via des speed dating, perfectionne ses CV et lettres de motivation. On s’amuse aussi autour d’un jeu de l’oie de l’insertion, d’un atelier de peinture ou d’un photomaton de l’égalité. En bref, on découvre ou l’on retrouve tout l’esprit CFDT, de ses valeurs à ses pratiques, de ses propositions à ses victoires.

Échange de bonnes pratiques
« Ce WTF, c’est l’occasion de faire de belles rencontres et de se créer un réseau, souligne tout d’abord Diane Durandal, enthousiaste militante de 31 ans (Interco 94). On regarde ce que font les autres organisations de la CFDT car notre mot d’ordre, pour les années à venir, c’est de casser l’image vieillissante qui colle à la peau des syndicats et de se développer ! » Venir piocher dans ce qui se fait de bien ailleurs, c’est également le leitmotiv de Donatas Mizaras, à la tête du groupe jeunes du syndicat lituanien ‘Solidarumas’. « Nous avons été invités pour discuter des problèmes de chômage des jeunes en Europe. Mais c’est aussi un moment privilégié pour échanger sur nos pratiques syndicales », observe-t-il.

Adhérer pour être accompagné

Pour Nathalie*, salariée d’une compagnie d’assurance à La Défense et adhérente au syndicat Actif, ce rendez-vous offre l’opportunité de « créer du lien et de mieux connaître l’organisation ». Et la jeune femme, qui a adhéré à la CFDT « pour être protégée » après avoir été victime de harcèlement physique et moral au travail, d’ajouter : « C’est important d’être guidés et informés sur ses droits lorsque l’on démarre sa vie active ». Un soutien jugé également utile par Cinthia Bastin, 29 ans, de la CFDT Martinique. « Depuis que j’ai adhéré, il y a un an, j’ai pu être mieux accompagnée et ainsi évoluer professionnellement », se réjouit-elle, face à d’autres militants venus de Guyane, de la Réunion ou encore de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Des non-adhérents d’horizons variés

Roudy, lui, a 28 ans et suit une formation d’agent de sécurité incendie en Île-de-France. C’est un ami adhérent qui l’a convaincu de participer au WTF. « Je connaissais la CFDT mais sans plus », admet-il, avant de se féliciter d’avoir pu récupérer de la documentation et glané quelques précieux conseils. Sophie, elle, est venue de Tours (37), accompagnée d’une amie. Les deux femmes de 23 ans sont membres du mouvement de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et ont entendu parler de l’évènement à l’occasion d’une table ronde à laquelle participait des militants CFDT. « L’ambiance est sympa et ça change des manifestations classiques, note Sophie, qui précise sa pensée. Nous avions peur de tomber sur des conférences vieillotes, mais on a découvert tout un monde qui bouge ! »

* Son nom a été changé.
WTF 01WTF 02
A gauche : le stand de l'Union régionale CFDT Ile-de-France
WTF 03WTF 05
De gauche à droite : les jeunes du syndicat lituanien "Solidarumas" et les militants des DOM-TOM.
WTF 04WTF 06
De gauche à droite : Laurent Berger, secrétaire général et Diane Durandal, militante d'Interco 94.