Enquête sur la santé au travail à Roissy

Publié le 28/06/2010 à 00H00
Dans le cadre de leur action sur la santé au travail, l’Union régionale Ile de France et l’Union départementale 93 ont distribué à des salariés de la zone PARINOR 2 et de l’aéroport de Roissy près de 1200 questionnaires sur la qualité de vie au travail. La restitution de ces enquêtes, sous forme de tracts personnalisés entreprise par entreprise, s’est effectuée le mardi 15 juin, mobilisant plus de 25 militants.

Dès 7H00 du matin, une première équipe diffusait aux portes de l’hôtel MILLENIUM, à Roissy-Village, après que la Direction ait annulé le prêt d’une salle qu’elle s’était engagée à fournir. Au même moment, une seconde équipe s’adressait aux personnels de chez IKEA-PARINOR 2, lesquels ont manifesté un vif intérêt sur le sujet. Il est vrai que 65%des salariés de l’entreprise estiment que leur travail a des effets négatifs sur leur santé…

Un peu plus tard, une autre équipe se rendait à l’hôtel PULLMAN, situé sur l’aéroport. La direction avait mis à disposition une salle, destinée à pouvoir y dialoguer avec les salariés, les élus CFDT et les experts de l’Union Régionale. La DRH s’est même déplacée, et il est certain qu’elle a été fortement ébranlée par les résultats de l’enquête dans sa propre entreprise, et ce alors qu’une réflexion et une négociation sur les conditions de travail y a actuellement lieu.

Pendant ce temps, des militants rencontraient 17 salariés de chez AVON, entreprise de cosmétiques de PARINOR. Alors qu’au même moment, les délégués de l’entreprise pharmaceutique GUERBET d’Aulnay sous Bois, assistés par leurs camarades d’IKEA et de différentes structures tractaient devant le restaurant d’entreprise. Hasard du calendrier, c’est ce même 15 juin que l’Inspection du travail venait rencontrer la direction de GUERBET, suite à plusieurs plaintes pour harcèlement. Les propos agressifs tenus par certains membres de la direction lorsqu’elle s’est vue remettre un tract sont assez révélateurs de l’ambiance de haine antisyndicale qui règne dans cette multinationale. Pour terminer dans la convivialité, tous se sont ensuite retrouvés autour d’un repas. Et c’est probablement là la conclusion la plus positive de cette initiative : c’est un véritable collectif interprofessionnel qui s’est créé et qui attend maintenant de nouvelles actions.