[Témoignages] Élections TPE : la parole aux candidats CFDT

Publié le 06/01/2017 à 16H05
Jusqu'au 13 janvier, date de la fin du scrutin, la campagne des élections dans les très petites entreprises bat son plein. Témoignages de six des dix candidats CFDT en Ile-de-France, extraits du publi-rédactionnel CFDT de 4 pages paru le 3 janvier dans Le Parisien (éditions franciliennes).

EVARIST, électricien, Groslay (95)
"J’avais à coeur de défendre ceux que j’appelle les ‘‘minis‘‘, c’est-à-dire les salariés des petites entreprises. La CFDT m’a Evarist candidat cfdt idfapporté toutes les explications dont j’avais besoin. Ces échanges sont encore plus importants quand on est un salarié isolé. J’ai alors souhaité en faire partie. Nous ne sommes pas suffisamment armés pour défendre nos droits, c’est pour cela que j’ai voulu être candidat. Il faudrait pouvoir bien discuter avec les salariés, les informer, expliquer les conditions de travail. C’est possible de changer la situation au niveau de l’entreprise. Dans le secteur du bâtiment, on rencontre beaucoup de problématiques, souvent les mêmes, que l’on soit électricien ou plombier, comme des clauses de contrat ou des normes de travail peu ou pas respectées. J’attends de ces élections une nette amélioration des conditions de travail dans les petites entreprises.

BAHIJA, militante CFDT auprès des assistantes maternelles et salariés des particuliers employeurs, Paris (75)
Bahija candidat cfdt idf" Il faut faciliter le dialogue social, surtout dans un secteur où il est pratiquement inexistant. Les salariés du particulier employeur sont très isolés, les problématiques très particulières. Par exemple, certains travaillent au domicile de l’employeur, ils n’ont pas le droit d’être assistés lorsqu’ils sont menacés de licenciement. Parfois les salariés sont même logés chez l’employeur : s’ils perdent leur emploi, ils perdent leur logement ! Ce sont souvent des temps partiels, des journées très longues mais pour faire très peu d’heures finalement et mal payées. Il n’y a pas beaucoup de reconnaissance non plus dans ce secteur. Il faut aussi améliorer la situation des assistantes maternelles en instaurant un véritable dialogue social dans ce secteur. La CFDT agit pour porter leur voix auprès des employeurs. Il faudrait, par exemple, sécuriser l’agrément des assistantes maternelles, ouvrir le droit à la visite de la médecine du travail…"

MARCEL, éducateur dans une association du domaine social, Colombes (92)marcel candidat cfdt idf
" La CFDT est le syndicat qui me correspond le plus car il s’appuie sur les réalités du monde du travail tel qu’il est. Les salariés des petites entreprises sont isolés et connaissent peu souvent leurs droits. Ils vivent une situation singulière avec leur employeur. Ce qui est très bien quand la relation est constructive et équilibrée mais peut se compliquer en cas de conflit, par crainte de perdre son emploi. Les employeurs euxmêmes ont souvent une connaissance sommaire du droit du travail. Ces salariés, qui n’ont pas de représentant, ont besoin d’être défendus. C’est parce que les candidats de la CFDT sont euxmêmes issus des TPE et en connaissent les problématiques qu’ils auront une oreille plus avertie dans l’aide à la résolution des conflits. Nous saurons être force de propositions au sein des instances de négociation."

ERIC, cuisinier, La Houssaye-en-Brie (77)
Eric candidat cfdt idf"Je me suis aperçu que, dans les petites entreprises, on avait des difficultés à négocier avec le patron, surtout quand on est qu’un ou deux salariés. On a peur de perdre notre emploi si on essaie de discuter. Dans les petites entreprises, on est vraiment confrontés à l’isolement, on a du mal à être représentés. Pour améliorer la situation, il faudrait aller à la rencontre des employeurs, se mettre autour d’une table, cela peut se faire plus facilement avec un représentant syndical que seul avec son patron. Être candidat, c’est une aventure humaine avant tout, on donne de son temps pour essayer d’aider les autres. Il y a peu de monde pour aider les salariés des petites entreprises, c’est une situation que j’ai vécue, ce n’est pas évident."

CYRIL, sociologue dans une petite association pour l'inclusion des personnes handicapées, Paris (75)Cyril candidat cfdt idf
" La CFDT est le syndicat qui correspond le mieux à mes valeurs, la recherche de solutions. Dans les TPE, le dialogue est beaucoup plus profitable que les rapports de force. Ces derniers n’ont aucun sens quand il y a trois ou quatre salariés dans une structure. Les petites entreprises ne vont pas moins bien que les autres, mais y travailler nécessite une certaine souplesse et flexibilité. C’est cette souplesse qui devrait être mieux prise en compte en termes de compensation. Il faut créer un climat de confiance. Dans les TPE, la dimension relationnelle est encore plus importante, on est obligés de s’entendre, de trouver des points d’accord. Il faut fonctionner en bonne intelligence. Le dialogue est vraiment la clé pour s’en sortir. J’espère que cette campagne sensibilisera à la dimension humaine dans le travail, on n’est pas des machines."

JOANA, accompagnatrice multimédia dans une association, Roissy (95)
joana candidat cfdt idf" J’ai rejoint la CFDT par choix, je voulais un syndicat qui ne soit pas uniquement dans l’affrontement.Trouver des solutions, c’est le credo de la CFDT, je m’y retrouve. J’ai envie d’être représentante TPE car je pense que les problèmes que j’ai vécus, d’autres personnes peuvent les vivre aussi. Il faut faire remonter ces problèmes en commissions paritaires et trouver des solutions. Il y a énormément de choses prévues pour les entreprises de plus de 11 salariés, mais pas grand-chose pour celles qui en emploient moins de 11. L’enjeu est d’obtenir les mêmes droits, une meilleure protection, une meilleure équité et une meilleure justice sociale."