Echanges sur les violences faites aux femmes

Publié le 30/11/2009 à 00H00 (mis à jour le 26/05/2010 à 11H21)
Une matinée a été organisée le 1er décembre à l'Hotel de Ville de Paris sur les violences faites aux femmes. Compte-rendu.
Dans le cadre du projet RESPECTÉES
de lutte contre les violences faites aux femmes au travail,
 
La CFDT Paris et la CFDT Ile-de-France ont organisé une matinée sur le thème :
 
« Les violences faites aux femmes au travail : savoir les repérer, savoir (ré)agir »
 
Cette initiative se déroulait Mardi 1er décembre 2009 en présence de Françoise Lareur, 
secrétaire générale de l' Union régionale CFDT Ile-de-France.
 
Sonia Buscarini, secrétaire générale de l'UD de Paris animait la rencontre.
 
Après une introduction de Fatima Lalem, adjointe chargée de l'égalité femme/homme à la mairie de Paris, deux heures ont été consacrées à du théatre forum, avec la compagnie Dé(s)amorce(s) de Thyssa D'Avila Bensalah. Un moment qui a permis à chaque participant(e) d'aiguiser sa perception des violences faites aux femmes au travail, et d'être mieux armé pour s'y confronter. La salle était très participante et les scènes jouées reprenaient des situations - malheureusement - fréquentes de discriminations et leurs répercussions jusque dans la vie personnelle. Sans oublier les 'silences complices' (titre de la pièce) des collègues, du DRH...
 
La matinée s'est poursuivie par les interventions de Christophe Dague (secrétaire général adjoint de l'UD de Paris) qui a présenté le projet Respectées (site internet), Marilyn Baldeck (AVFT), Michèle Loup (Conseil Régional IdF) et Christine Guillemaut (responsable de l'observatoire égalité femme/homme à la mairie de Paris). Un débat a permis un échange entre les intervenants et la salle.
 
La matinée a été cloturée par Françoise Lareur, secrétaire générale de l'Union régionale CFDT Ile-de-France, qui a insisté sur l'importance du projet Respectées piloté par l'UD de Paris. Ce projet s'inscrit dans les priorités régionales, il permet d'investir, au plus près des salarié(e)s un terrain trop délaissé jusqu'ici par les organisations syndicales. Pour l'avenir, une réflexion devra permettre de le pérenniser, et de trouver des synergies avec d'autres projets concernant l'égalité femme/homme, comme le projet FERE (Faire de l'Egalité une Réalité dans l'Entreprise) de l'Union régionale.